2019 : redémarrage, nouveau départ ou immobilité ?

Que l’on parle du Brexit, du protectionnisme de Trump ou encore de notre gouvernement en affaires courantes, la situation politique belge, européenne et  internationale de ce début d’année n’est pas des plus confortables pour les entreprises. Cette situation, nous ne l’avons pas choisie, mais il faut continuer à travailler avec. 2019 sera, certes, une année remplie de défis. Elle n’en sera pas moins fascinante et inspirante.

Written by Pieter Timmermans, GENERAL MANAGEMENT
Written on 10 January 2019

Non seulement la politique doit prendre ses responsabilités. Mais il y a aussi beaucoup de pain sur la planche pour les partenaires sociaux. Une fois que le rapport du Conseil central de l’économie (CCE) qui doit fixer la marge salariale maximale sera publié se dérouleront les négociations de l’Accord interprofessionnel (AIP). Nos objectifs sont clairs :

- Atteindre un équilibre entre l’amélioration de la compétitivité de nos entreprises et le renforcement du pouvoir d’achat.
- Affecter l’enveloppe bien-être en faveur de ceux qui en ont vraiment besoin au lieu d’être répartie entre tous.
- Développer un cadre moderne pour une organisation du travail souple afin d’arrêter les fuites dont souffre notre économie (à savoir les achats en ligne à l’étranger plutôt qu’en Belgique).

La conclusion d’un accord entre partenaires sociaux serait un signal fort et positif. Nous mettrons toute notre énergie pour y parvenir.

Par ailleurs, mon appel aux hommes et aux femmes politiques reste toujours le même : il faut tenter de faire aboutir autant de dossiers importants que possible au Parlement. Je pense, d’une part, particulièrement à la finalisation des travaux parlementaires relatifs au budget mobilité et aux projets sur l’énergie comme l’introduction de la norme énergétique ou au suivi du pacte énergétique. D’autre part, remédier au problème de l’économie de pénurie et des 149.000 postes vacants en Belgique est une priorité absolue pour les entreprises. C’est la raison pour laquelle il est nécessaire que le jobsdeal aboutisse. Si c’est le cas, on pourra parler d’un redémarrage limité du gouvernement fédéral. Sinon, 2019 sera une année d’immobilité si les négociations en vue de la formation d’un gouvernement durent longtemps.

En vue des élections fédérales de mai 2019, la FEB, conjointement avec ses fédérations sectorielles membres prendra le temps d’aborder de manière ambitieuse son Mémorandum qui s’articule autour de 12 travaux porteurs de la croissance de nos entreprises et de plus de prospérité pour tous. Cela se fera en présence de 1.200 chefs d’entreprise, entrepreneurs et décideurs lors d’un Forum organisé le 4 février 2019 de 16h30 à 18h30 à Bozar. Cela sera également l’occasion de débattre avec les présidents de tous les partis politiques sur la question de savoir comment continuer à développer durablement la croissance de notre économie au cours des prochaines années.

En 2018, les chefs d’entreprise, comme les deux managers de l’année dont les noms viennent d’être publiés – Johan Thijs (KBC) et Jean-Jacques Cloquet (Brussels South Charleroi Airport) – ont prouvé qu’ils collaborent à la création de bien-être dans notre pays. Plus d’emplois, plus d’entreprises, plus de valeur ajoutée. En 2019, le monde des entreprises continuera à prendre ses responsabilités. Nous comptons sur vous et vous pouvez compter sur la FEB.

Bonne année 2019 à tous !


Our partners

Business Issues

An optimum business environment is vital for a sound economy and sustainable growth. FEB aims to help create and maintain such an environment by, among other things, closely monitoring all issues of direct relevance to businesses. Here, grouped into 17 themes, are the issues on which FEB focuses most of its attention and action.

Subscribe to newsletter

Subscribe now and receive every week the latest articles directly in your mailbox