Moins de postes vacants pour métiers en pénurie, plus de croissance économique

Ce midi, le Premier ministre Charles Michel et le vice-Premier ministre et ministre de l'Emploi Kris Peeters ont reçu les partenaires sociaux pour se concerter sur les métiers en pénurie, ce qui selon la Fédération des Entreprises de Belgique (FEB) est loin d'être inutile. D'après Eurostat, ce chiffre augmente de mois en mois. Ainsi, on dénombrait en Belgique au premier trimestre de 2018 plus de 140.000 postes vacants. Le taux de vacance d’emploi s'élève actuellement à 3,47%, ce qui signifie que sur 1000 emplois disponibles, 35 environ restent inoccupés. Dans l’Union européenne, ce taux se situe bien plus bas, autour de 2,1%. La Belgique occupe de loin la première place sur la liste des pays européens avec le taux de vacance le plus élevé.

Written by Press, COMMUNICATION & EVENTS
Written on 18 June 2018

Une approche globale entre les autorités fédérales et régionales s'avère en effet nécessaire : ainsi, des mesures sont adoptées au niveau fédéral pour faire baisser les charges salariales, alors que les Régions sont en charge de l'activation. La FEB propose dès lors de suivre deux pistes, dont l'une a trait à notre compétitivité et l'autre à notre marché du travail.

Compétitivité

Il est avant tout important que les coûts salariaux ne dérapent pas à nouveau. Sans entreprises compétitives, pas d'emplois, et sans emplois, pas de pouvoir d'achat. Notre handicap salarial historique, toujours supérieur à 10%, reste trop élevé. L'AIP de cet automne ne peut en aucun cas prendre une mauvaise orientation à cet égard.

Marché du travail

Avec ces postes vacants, dont plus d'un tiers ne requièrent aucun diplôme ou expérience spécifique, bon nombre de chômeurs pourraient trouver un emploi. Ce processus s’articule autour de quatre axes : la politique du marché du travail, l'enseignement, ce que les employeurs peuvent faire et les initiatives que les demandeurs d’emploi peuvent prendre. Vous pouvez consulter les propositions de la FEB via ce lien.

Pieter Timmermans, administrateur délégué de la FEB : 'La pénurie qui frappe le marché du travail freine la croissance économique. Des augmentations salariales incontrôlables pourraient en outre menacer la compétitivité de nos entreprises. Il est dès lors essentiel de pourvoir les nombreux postes vacants : cela donnera aux entreprises la possibilité de se développer et aux demandeurs d'emploi de retrouver du travail. J'attends avec impatience le résultat final du deal pour l'emploi et souhaite avec la FEB y contribuer au maximum pour le faire aboutir.'


Our partners

Business Issues

An optimum business environment is vital for a sound economy and sustainable growth. FEB aims to help create and maintain such an environment by, among other things, closely monitoring all issues of direct relevance to businesses. Here, grouped into 17 themes, are the issues on which FEB focuses most of its attention and action.

Subscribe to newsletter

Subscribe now and receive every week the latest articles directly in your mailbox