Accélérez vos préparatifs à la future relation avec le R.-U. !

Depuis la mi-juin, il est clair que l’actuelle période de transition dans les relations entre l’UE et le R.-U. – durant laquelle rien ne change – ne sera pas prolongée au-delà du 31 décembre. Dès lors, l’urgence est double : 1) le tempo des négociations UE/R.-U. doit été accéléré afin de tenter d’aboutir à un accord commercial équilibré d’ici à la fin octobre (afin de pouvoir encore le ratifier avant la fin de l’année) et 2) les autorités et les entreprises doivent accélérer leurs préparatifs aux changements qui se produiront au 1er janvier 2021, avec ou sans accord commercial (en matière de procédures douanières notamment).


Olivier Joris, COMPETENCE CENTRE EUROPE & INTERNATIONAL
13 July 2020

S’agissant des actuelles négociations, nous avons déjà eu l’occasion de commenter dans des articles antérieurs nos inquiétudes (vu l’absence de résultats majeurs jusqu’à présent) et nos priorités (le maintien d’une relation commerciale et d’investissement la plus fluide possible, tout en garantissant le bon fonctionnement du marché intérieur et la saine concurrence des deux côtés de la Manche).

Par contre, il nous semble utile de souligner nos craintes quant à la préparation de la nouvelle donne après le 1er janvier prochain. Nous redoutons que de nombreuses entreprises – et les PME en particulier – ne sont pas encore prêtes et qu’elles ne le seront peut-être pas d’ici à la fin de l’année. La FEB et ses secteurs incitent donc les entreprises à accélérer leur préparation aux évolutions à venir. 

La FEB a également adressé ces jours-ci un triple message aux autorités du pays.

• Premièrement, nous leur demandons de s’assurer que toutes ont intensifié leur préparation aux changements à venir. Il est impératif qu’elles soient prêtes dans les temps pour éviter un chaos opérationnel.

• Nous les invitons aussi à accompagner les efforts de sensibilisation des entreprises déployés par la FEB et ses fédérations sectorielles. Les autorités doivent contribuer à ces efforts, en insistant sur l’urgence et sur la nécessité d’anticiper les changements à venir. Les autorités compétentes doivent aussi offrir une assistance technique aux entreprises dans leurs préparatifs.  

• Enfin, nous plaidons pour qu’elles adoptent des mesures destinées à faciliter la transition des entreprises vers la nouvelle réalité au 1er janvier 2021 et au-delà. Une mesure concrète serait l’introduction d’une « grace period » de quelques mois, après le 1er janvier, durant laquelle les entreprises de bonne foi ne seraient pas sanctionnées en cas de manquement, mais au contraire aidées et conseillées dans leur régularisation.

Il est à noter que la Commission européenne a publié le 9 juillet dernier une nouvelle communication destinée à aider les entreprises à se préparer. Ce document complète la centaine de fiches sectorielles décrivant les changements à venir au 1er janvier, avec ou sans nouvel accord commercial.

FEB ­– À moins de 6 mois du départ effectif du R.-U. du marché intérieur et de l’union douanière, il est impératif d’intensifier la sensibilisation des entreprises et des PME en particulier à l’urgence d’anticiper les changements à venir. Et les autorités doivent également accélérer leur réflexion quant aux mesures permettant d’accompagner efficacement et pragmatiquement les entreprises, d’ici au 31 décembre mais aussi au-delà.

Our partners

Business Issues

An optimum business environment is vital for a sound economy and sustainable growth. FEB aims to help create and maintain such an environment by, among other things, closely monitoring all issues of direct relevance to businesses. Here, grouped into 17 themes, are the issues on which FEB focuses most of its attention and action.


Subscribe to newsletter

Subscribe now and receive every week the latest articles directly in your mailbox